Accueil » Blog » Kasparov - Deep

Garry Kasparov contre le programme d'échecs Deep Junior à New York


Un point pour le (grand) maître. Garry enfonce les lignes de la machine dans la nuit de dimanche 26 à lundi 27 janvier, en 27 coups d'une défense slave. Le match est prévu en 6 parties.

Le numéro 1 des échecs au classement ELO, le Russe Garry Kasparov est venu à bout du programme champion du monde en titre des logiciels, Deep Junior.

La partie n'a durée que 27 coups, et, comme la plupart des adversaires humains de Garry, la machine n'a pas survécue à l'ouverture.

Un étonnant tour de force lorsque l'on sait qu'elle a le droit, elle, de consulter l'intégralité des parties d'échecs répertoriées nichée dans ses données pendant la partie.

Même si la puce calcule 3 millions de positions à la seconde, elle n'a pas été capable de juguler l'activité dégagée par le gambit (offre de pion) de Garry. Une nouvelle fois, Kasparov s'illustre par ses capacités de préparation et d'adaptation à l'adversaire.

Ses capacités lui avaient fait défaut en 1997 face à un adversaire invisible, Deeper Blue, l'ordinateur d'IBM, qu'il n'avait jamais testé auparavant et qui subissait des transformations importantes pendant le match, voire pendant la partie en cours. Garry a perdu le match de peu, sur une partie, et n'a jamais obtenu de revanche.

Le match de New-York est davantage réglementé, et l'algorithme de jeu ne pourra être modifié, au contraire des ouvertures. Garry a eu tout loisir cette fois-ci de s'entraîner avec la version commerçiale de Deep-Junior, qui n'est pas loin du niveau de l'actuel Deep Junior sur la même machine.

Kasparov Deep Junior, la nouvelle confrontation Homme - Machine, 26 janvier - 7 février 2003

Du 26 janvier au 7 février, Garry Kasparov, le premier joueur sur l'échelle du classement mondial, affronte Deep Junior dans les salons du New York Athletic club de Manhattan.

Iliumjinov, Kasparov, et les programmeurs de Deep Junior lors de la conférence de presse du 23 janvier 2003.

Du 26 janvier au 7 février, Garry Kasparov, le premier joueur sur l'échelle du classement mondial, affrontera Deep Junior dans les luxueux salons d'un club de Manhattan.

Deep Junior est montée une machine compatible PC multiprocesseur capable de passer en revue quelque trois millions de positions à la seconde. C'est le champion du monde officiel des logiciels d'échecs, titre acquis lors de la dernière confrontatoin entre 18 programmes organisé en juillet 2002 à Maastricht (Pays-Bas).

Le championnat du monde officiel contre ordinateurs se déroule - c'est une première - sous les hospices de la FIDE (Fédération international des Echecs) et de la ICGA (International Computer Game Association ) et sera doté d'un 500 000 $ d'honnaires pour Garry Kasparov. De plus le vainqueur du match recevra 300 000 $ et le perdant 200 000 $. Le président de la FIDE, Kirsan Iliumjinov, est également le sponsor du match.

Le meilleur joueur de tous les temps avait achevé sa déroute de 1997 sur un long monologue où il fustigait tous le monde, sa propre équipe en premier. A une partie près, le champion du monde venait de perdre la face et avait sonné le glas pour l'Humanité. Depuis, c'est chose acquise que les ordinateurs ont vaincu les Hommes aux échecs. C'est presque dans tous les manuels.

Pourtant, une partie d'échecs n'est rien, et ce n'est pas pour des prunes que les championnats du monde entre humains durent deux mois et, au moins, 24 parties. Dans les protestations de Kasparov, il y avait un fond de vérité. Il ne savait pas vraiment qui il avait en face: un ordinateur, un ensemble d'ordinateurs, des êtres humains, tout le monde à la fois ? IBM s'est montré très fort en organisation et la paranoïa propre au joueur d'échecs a fait le reste.

Kasparov veut remettre les pendules à l'heure. Le meilleur programme actuelle sur une machine surpuissante ne sont pas nécessairement, en 2003, plus fort que l'Homme. Malheureusement pour lui, Kramnik vient de le démontrer deux mois plus tôt, face au même genre de programme et de machine, Deep Fritz. Kramnik a annulé le match. Garry, lui, veut donc le gagner.

Deep Junior est un adversaire très dangereux et déplaisant, parce qu'il possède de nombreuses qualités que je qualifierai d'humaines', a déclaré Garry Kasparov. 'Il est donc moins prévisible'. La nouvelle donne est donc que Garry connaît son adversaire. C'est un expert - le plus grand et aussi le plus organisé - en préparation. Il est capable de se retirer des semaines dans un 'camp d'entraînement' pour se transformer, mentalement, physiquement, diététiquement.

Ses points forts sont aussi ses faiblesses. Il a du mal, le roi des échecs, à se faire à l'idée qu'un de ses sujets puisse lui résister. Cela lui fait perdre ses moyens. C'est ainsi que Kramnik, l'homme sans nerf, est resté insensible à ses mimiques ainsi qu'à ses attaques sur l'échiquier et lui a arraché, en 2000, le titre mondial, sans perdre une seule partie.

Deep Junior sera-t-il capable, quant à lui, d'être paramétré, comme un être humain pourrait le faire, pour un jeu anti-Kasparov? Certainement, à commencer par le répertoire d'ouverture. Ainsi a-t-on appris par exemple, lors du match Deep Fritz - Kramnik, que l'échange des dames est 'humain', et produit des positions statiques plus propices aux calculs de l'Homme, basés sur la reconnaissance et la mise en place de schèmes stables et à long terme. Tout le répertoire d'ouverture de Deep Junior devrait donc être dynamique - avec le plus de possibilités pour favoriser le calcul au coup par coup - et éviter cet échange. Car la dame des échecs, peut, a elle seule, contrôler 26 des 64 cases d'un échiquier. Combinée aux autres pièces et multiplié par le nombre de coups, les possibilités de la pièce maîtresse de l'échiquier donne un sacré coup de vieux au pauvre capitaine, dont on s'évertuera à calculer et recalculer l'âge.

En savoir plus

Kasparov contre Karpov en décembre 2002 : le match nostalgique de deux grands champions d'échecs russes

Match de championnat du monde entre Garry Kasparov et Vladimir Kramnik à Londres en 2000

Deep Junior sur Wikipedia