Accueil » Blog » Le Septième Sceau

Film Le Septième Sceau de Ingmar Bergman sorti en 1957


Le chevalier est confronté à la figure voilée de la Mort, qui accepte une partie d'échecs, et laisse le chevalier rester en vie aussi longtemps qu'il peut conjurer l'échec et mat

Un chevalier de retour des Croisades trouve une église rudimentaire encore ouverte au milieu de la Mort Noire, et s'y confesse. S'adressant à un personnage à capuche à moitié visible à travers une grille de fer, il déverse son cœur : "Mon indifférence m'a exclu. Je vis dans un monde de fantômes, prisonnier des rêves. Je veux que Dieu étende sa main, montre son visage, me parle. Je crie vers lui dans le noir mais il n'y a personne." Le personnage à capuchon se transforme et se révèle comme la Mort, qui a suivi le chevalier dans son voyage de retour.


Jouer aux échecs en ligne sur Chess.com

De telles images n'ont pas leur place dans le cinéma moderne, qui s'engage pour une psychologie facile et un comportement réaliste. À bien des égards, "Le Septième Sceau" d'Ingmar Bergman (1957) a plus en commun avec le film muet qu'avec les films modernes qui l'ont suivi, dont le sien. C'est peut-être la raison pour laquelle il est démodé à l'heure actuelle. Longtemps considéré comme l'un des chefs-d'œuvre du cinéma, il est aujourd'hui un peu gênant pour certains spectateurs, avec son imagerie austère et son sujet sans compromis, qui n'est rien de moins que l'absence de Dieu.

Les films ne se préoccupent plus du silence de Dieu, mais du bavardage des hommes. Nous sommes mal à l'aise de voir Bergman poser des questions existentielles à une époque d'ironie, et Bergman lui-même, à commencer par "Persona" (1967), a trouvé des moyens plus subtils pour poser les mêmes questions. Mais la franchise du "Septième Sceau" est sa force : C'est un film intransigeant sur le bien et le mal avec la même simplicité et la même foi que son héros.

Tous les films mûrs de Bergman, à l'exception des comédies, parlent de son mécontentement à l'égard de la manière dont Dieu a choisi de se révéler. Mais quand il a fait "Le Septième Sceau", il a eu l'audace d'aborder son sujet de manière littérale, de montrer le chevalier jouant aux échecs avec la mort, une image si parfaite qu'elle a survécu à de nombreuses parodies. Et il a eu la confiance de terminer son film, non pas par une déclaration ou un point culminant, mais par une image. "La Mort leur ordonne de danser, dit le jeune acteur, dirigeant l'attention de sa femme vers l'horizon, contre lequel la Mort mène ses dernières victimes dans un défilé macabre.

En revoyant "Le Septième Sceau" après de nombreuses années, je me suis souvenu de la richesse des détails sur l'Europe au début du Moyen Âge, lorsque la peste a balayé le pays et le retour des Croisés. Le chevalier (Max von Sydow) partage l'histoire avec de nombreux autres personnages, notamment son écuyer (Gunnar Bjornstrand), un homme réaliste, terre-à-terre, qui a une aversion vive pour les femmes et une relation sardonique avec son maître. (Il a un petit grognement silencieux pour montrer son mécontentement.) Alors qu'ils rentrent tous les deux au château du chevalier, le chevalier est interpellé par la mort ("Je suis à vos côtés depuis longtemps"). Il offre une bonne affaire à la Mort : Ils joueront aux échecs pour l'âme du chevalier. Le jeu continue pendant tout le film.

Poursuivant leur chemin, le chevalier et l'écuyer rencontrent une troupe d'artistes, dont un couple nommé Joseph et Marie, qui ont un jeune enfant.

Ils visitent une ferme apparemment déserte, où l'écuyer attrape un homme nommé Raval qui tente de voler le bracelet d'une victime de la peste. Ce Raval est le théologien même qui, des années auparavant, avait convaincu le chevalier de rejoindre les Croisades.

La peste a inspiré des comportements extrêmes. Un groupe de flagellants défilent, certains portant de lourdes croix, d'autres se fouettant, faisant pénitence. Le chevalier et l'écuyer rencontrent une jeune fille (Maud Hansson), retenue dans une cage, qui va être brûlée sur le bûcher ; ses ravisseurs expliquent qu'elle a couché avec le diable, entraînant la peste. Le chevalier interroge la fille sur le diable, qui devrait savoir si Dieu existe. "Regarde-moi dans les yeux", dit la femme. "Le prêtre le voyait là, et les soldats, ils ne me touchaient pas." Elle est presque fière. "Je ne vois que de la terreur", dit le chevalier. Plus tard, alors que la femme se prépare à brûler, l'écuyer dit : "Regardez-la dans les yeux. Elle ne voit que le vide." "Ce n'est pas possible", dit le chevalier. Il nous reste, presque jusqu'à la fin, la possibilité que, bien que la Mort existe en tant que figure surnaturelle, il n'existe pas de structure plus grande dans laquelle Dieu joue un rôle.

Certains cinéastes sont nés. Ingmar Bergman a été conçu. Fait maison. Né à Uppsala en 1918, il était le fils d'un pasteur luthérien dont l'éducation stricte comprenait la punition (rappelée dans les films) du petit garçon enfermé dans une armoire "avec des choses qui vont manger tes orteils." Ses premiers films d'après-guerre, peu vus aujourd'hui, sont des mélanges malaisés de néoréalisme italien et de drame social hollywoodien, et même les titres ("It Rains on Our Love", "Night is My Future") suggèrent leur banalité. Il n'était pas à l'aise dans le monde des petits gestes réalistes et des comportements quotidiens, et ce n'est que lorsqu'il se replie sur des sujets plus sérieux qu'il commence à trouver son génie, dans des films comme "To Joy" (1949) et "Sawdust and Tinsel" (1953). "The Seventh Seal" et "Wild Strawberries", tous deux sortis en 1957, marquent son accession à la maturité en tant qu'artiste. Tous deux parlent d'hommes proches de la fin de leur vie, en quête de sens.

La quête spirituelle de Bergman est au centre des films qu'il a réalisés au milieu de sa carrière. "Le Septième Sceau" ouvre cette période, au cours de laquelle il demandait, encore et encore, pourquoi Dieu semblait absent du monde. Dans "Through a Glass Darkly" (1962), l'héroïne malade mentale a une vision de Dieu comme araignée. Dans l'austère "Lumière d'hiver" (1962), Bjornstrand et von Sydow apparaissent à nouveau, dans l'histoire d'un prêtre de campagne dont la foi est menacée par l'imminence d'une catastrophe nucléaire. Dans "Persona" (1966), des images télévisées de la guerre font qu'une actrice cesse tout simplement de parler. Dans le chef-d'œuvre "Cries and Whispers" (1973), une femme mourante d'un cancer trouve une foi que ses sœurs ne peuvent comprendre ou partager.

Les trois derniers grands films de la carrière de Bergman cherchent à l'intérieur les réponses à ses questions lancinantes. Ils sont tous autobiographiques, dont "Fanny et Alexander" (1984), le dernier film qu'il a réalisé, et deux autres pour lesquels il a écrit les scénarios, "The Best Intentions" (1992) et le remarquable "Sunday's Children" (1994). Ce dernier film, basé sur le souvenir de vacances d'été à la campagne avec un jeune homme et son père, un ministre mourant, a été réalisé par le fils de Bergman, Daniel, peut-être pour permettre à Daniel de répondre aux mêmes questions que celles d'Ingmar.

Le travail de Bergman a un arc. Le jeune homme insatisfait se penche sur des questions sociales et politiques. Au Moyen Age, il pose d'énormes questions sur Dieu et l'existence. Dans la vieillesse, il se tourne vers ses souvenirs pour savoir quelles sont les réponses. Et dans beaucoup de ces films, il y a le même genre de scène de réconciliation. Dans "Le Septième Sceau", face à la fin de sa propre vie et à la destruction générale de la peste, le chevalier passe quelque temps avec Joseph et Marie et leur enfant, et dit : "Je me souviendrai de cette heure de paix. Le crépuscule, le bol de fraises des bois, le bol de lait, Joseph avec son luth." Sauver cette famille de la mort devient son dernier geste d'affirmation. Dans "Cries and Whispers", un journal laissé par la sœur décédée se souvient d'un jour où elle se sentait un peu mieux, où les sœurs et une servante marchaient au soleil et s'asseyaient dans une balançoire sur la pelouse : "Je ressens une grande gratitude pour ma vie, écrit-elle, qui me donne tant."

Et "Scènes de mariage" (1973) raconte l'histoire d'un couple dont le mariage se désagrège, mais dont l'amour et l'espoir ne disparaissent pas complètement ; après de nombreuses années de séparation, ils visitent une maison de campagne où ils étaient autrefois heureux. La femme se réveille avec un cauchemar, l'homme la tient et la réconforte, et au milieu de la nuit dans une maison sombre, entourée de douleur et de peur, ce réconfort entre deux personnes est tenu pour la meilleure arme de l'homme contre le désespoir.


Le monde des échecs sur Amazon.fr

Vidéo : Le Septième Sceau d'Ingmar Bergman, la partie d'échecs


Articles connexes

* Film Le prodige : Fischer contre Spassky - L'histoire vraie de Pawn Sacrifice confirme que Fischer a commencé à jouer aux échecs à l'âge de six ans après que sa mère et sa soeur Joan aient déménagé de Chicago à Brooklyn. Comme dans le film, un pré-adolescent Bobby Fischer avait une grande confiance en lui lorsqu'il a affronté et battu ses adversaires adultes avec aisance, remportant le championnat américain d'échecs à 14 ans en 1958.

* Le jeu des échecs au cinéma - Alors que certaines personnes sont d'avis que les échecs sont un jeu ennuyeux, d'autres pensent que c'est un jeu intéressant et stimulant à jouer. Il semble que les cinéastes seraient d'accord avec ce dernier point de vue puisque les parties d'échecs sont présentées dans de nombreux films, soit comme une partie importante de l'intrigue, soit simplement en arrière-plan.